La RE2020 : quelles sont les nouveautés ?

RE2020

La RE2020 et l’impact carbone

La nouvelle réglementation environnementale RE2020 va bientôt entrer en application. A partir du 1er Janvier 2022, tous les dépôts de permis de construire de maisons individuelles et d’extensions devront en effet s’y conformer. Si les objectifs de sobriété énergétique s’inscrivent dans la continuité des précédentes réglementations thermiques (RT2005, Bâtiment Basse Consommation puis RT2012), elle introduit pour la 1ère fois un objectif de réduction de l’empreinte carbone de la construction. Cela se traduit par 2 nouveaux Indicateurs Carbone qui se mesurent en kilogrammes d’équivalent carbone rejeté dans l’atmosphère, pour chaque m² de surface habitable (kg éq CO2/m²) :

  • IC composant : c’est l’impact sur le changement climatique des produits de construction et équipements et de leur mise en œuvre. Le choix des matériaux et techniques de construction impacte directement cet indicateur.
  • IC Energie : c’est l’impact sur le changement climatique des consommations d’énergie pendant la vie du bâtiment, évalué sur 50ans. A ce stade le choix des systèmes de chauffage, production d’eau chaude sanitaire et de ventilation sont déterminants.

La RE2020 a fixé des objectifs de réduction de 30% de l’Impact Carbone à horizon 2031, avec des paliers dégressifs en 2025 et 2028. Ainsi l’IC composant maximum autorisé de la construction devra passer de 640 à 415 kg éq CO2/m², soit l’équivalent de 200.000km par an d’une petite voiture citadine pour un maison de 110m². Sachant que l’on construit en moyenne 120.000 maisons individuelles par an en France, on peut ramener ce gain environnemental à l’équivalent de 600.000 véhicules/an, c’est considérable !

Les mutations induites par la RE2020 sur toute la filière bâtiment sont profondes et engagent d’ores et déjà des mouvements. L’ensemble des fabricants de matériaux et d’équipements de construction ont en effet caractérisé l’impact carbone de leurs produits, et mis en place des stratégies de décarbonation, d’innovations ou encore de relocalisation de leurs fabrications. Les matériaux biosourcés jusqu’à présent peu utilisés sont fortement encouragés par la RE2020. Les modes constructifs plus vertueux vont eux aussi naturellement bénéficier de cette dynamique, c’est le cas en particulier pour la construction en ossature bois qui, au-delà de l’impact carbone, fait valoir de nombreux autres avantages.

La construction en ossature bois

En effet, sur les 30% d’objectif de réduction de l’empreinte carbone en phase construction à horizon 2031, près de 20% peuvent être atteints d’ores et déjà en passant d’une construction traditionnelle en parpaings à l’ossature bois. Ce gain peut encore être augmenté significativement en passant sur de l’isolation des murs en laine de bois, biosourcée et particulièrement adaptée à ce mode constructif. Les effets vertueux pour l’environnement ne se limitent pas à ce nouvel indicateur carbone de la RE2020. Plus de 60% du bois sous toutes ses formes (ossature, bardage, contreventement, …) est d’origine française, cette part de marché va certainement progresser dans les prochaines années avec les plans d’investissements mis en place récemment par le gouvernement pour soutenir cette filière. C’est une dynamique forte sur le développement du bois qui rappelons-le est un puit de carbone durant toute sa croissance.

L’ossature bois sous toutes ses formes est aussi directement liée à l’industrialisation de la construction. Les outils de conception et de fabrication se sont fortement modernisés, ils utilisent de plus en plus les concepts de maquette numérique à l’instar de l’automobile, et des machines à commande numérique. Une part croissante de la valeur ajoutée est ramenée dans les usines de préfabrication pour réduire les interventions et le nombre d’intervenants sur chantiers. Cela contribue à réduire les délais de construction (de l’ordre de 4 mois pour une maison de 110m²), à améliorer la qualité du montage, et à réduire la pénibilité pour les compagnons (moins exposés aux intempéries). Moins d’interventions ce sont aussi moins de nuisances liées aux transports sur chantiers (matériaux et équipes), et donc moins d’émissions de carbone et de particules fines issues de camions et autres fourgons.

C’est en cela que les maisons individuelles TRECOBOIS et les extensions EXTENBOIS du groupe TRECOBAT sont d’ores et déjà prêtes à relever les défis de la RE2020, et à contribuer efficacement à la réduction de notre empreinte environnementale.

> S’abonner à la Newsletter

Je m'inscris

> Parrainer un proche avec le Club Trecobat

Je parraine